Pas de tatouage! Célibataire n’appartenant à personne!

Pas de tatouage! Célibataire n'appartenant à personne!

Célibataire ? Pas de tatouage ? Aïe aïe aïe !

Après une longue réflexion j’ai enfin compris pourquoi je suis célibataire! C’est écrit en noir sur le blanc… de ma peau…. En fait, justement, rien d’écrit: non je ne suis pas tatoué! Et je compte bien persister jusqu’à la fin de mes jours (ndlr: à rester sans tatouage ou à rester célibataire?) (2ème ndlr: il ne faut jamais dire jamais). Effectivement, après une folle nuit à Los Angeles, je pourrais me retrouver avec un gros perroquet tatoué sur le torse (ndlr: ça pourrait être pire, tu pourrais te réveiller à Las Vegas, tatoué ET marié 😉 ). Imaginez 40 ans après le perroquet qui tombe et le ventre qui va avec…mon perroquet va devenir une autruche qui couve son oeuf. (ndlr: chez l’homme, on le sait, le ventre augmente proportionnellement à l’âge… et à la quantité de bière ingérée).

Après cette petite digression, entrons dans le monde du tatouage!

Les origines du tatouage

Le tatouage a été pratiqué dans de nombreuses régions du monde depuis des milliers d’années. Il repose sur des raisons symboliques, religieuses, intellectuelles, thérapeutiques mais aussi esthétiques. Dans l’Antiquité, marque des esclaves et des mercenaires, il évite fuites ou désertions. Les romains marquent également les condamnés, notamment les voleurs. Parallèlement, la religion n’est pas toujours favorable au tatouage. Ainsi, au VIIIème siècle le pape Hadrien bannit le tatouage et l’ensemble des marques corporelles d’inspiration païenne. Le judaïsme, quant-à-lui, proscrit toute inscription entaillée et marquée à l’encre indélébile. Ces considérations judéo-chrétiennes, ainsi que le mépris pour le tatouage des Normands qui envahirent l’Europe, font disparaître le tatouage pendant de nombreux siècles.

En 1770, les Européens retrouvent le tatouage lors des explorations dans le Pacifique Sud en se heurtant au tatouage tribal. Il est avant tout une marque extérieure d’appartenance à un groupe. Ainsi, les marins notamment, sont des adeptes du tatouage. Certains d’entre eux y trouvent une défense contre la punition par flagellation en se faisant tatouer un crucifix recouvrant leur dos. Il est en effet criminel de défigurer une image pieuse. On retrouve également ce type de marquage dans certains groupes religieux (bouddhisme, chamanisme), chez les pirates, les anciens prisonniers et les légionnaires. Les tatouages sont également l’apanage de la pègre et de certains criminels. Il peut s’agir de tatouages punitifs ou hiérarchiques. Ils sont alors uniques et permettent à la police d’identifier leur possesseur.

Ils sont également utilisés de façon contrainte afin de marquer définitivement certains groupes d’individus comme les esclaves ou les prisonniers. Juste en passant, je vous signale que si cela vous semble loin de nous, ces pratiques avaient encore cours en Europe au cours des années 40. Eh oui, Auschwitz, cela vous dit quelque chose? Ainsi, au cours des heures les plus sombres de la seconde guerre mondiale, le tatouage a été le symbole des souffrances les plus abjectes infligées par des êtres humains à d’autres êtres humains. Ces tatouages servaient à éviter les erreurs de comptabilité des corps. Au delà, ils ont été cause de souffrance physique du fait de leur réalisation rudimentaire, de mort par les infections induites et pire que tout d’une souffrance morale indicible liée à la déshumanisation d’être réduit à un simple numéro. Malgré tout, être marqué signifiait être sauvé, pour un temps du moins. En effet, les personnes gazées dès leur arrivée ne passaient pas par l’étape du tatouage. Aujourd’hui, la plupart des survivants ont gardé leur tatouage, témoignage d’un vécu, d’un passé, de la folie des hommes et de la force de vie qui les a aidés à survivre.
Depuis la fin du XXème siècle, le tatouage se popularise et fait notamment son apparition sur la peau des stars du sport, de la musique ou du cinéma. Les motifs pour se faire tatouer sont multiples: appartenance à un groupe, un quartier, une tribu; marquage de sa différence, moyen de séduction, d’ornementation corporelle, de provocation, de compensation. Pour certains, le tatouage est un réel rite de passage. Il est parfois la réponse à un moment marquant de la vie de son possesseur.
Enfin, le tatouage est également un outil médical. Il peut être utilisé comme marque indicatrice pour centrer une radiothérapie ou comme aide cosmétique lors de chirurgie reconstructrice.

Tatouage: provocation, séduction ou répulsion?

Aujourd’hui, le tatouage évoque pour nous en premier lieu la mode donc au moins une tentative de séduction. Mais qu’en est il vraiment? Force est de constater que l’effet obtenu peut être totalement inverse de celui recherché. Le tatouage considéré comme un art par certains provoque les mêmes réactions épidermiques (ndlr: elle est quand même belle celle là 😉 ) que les œuvres de certains artistes. Mettez plusieurs personnes devant un tableau, certains crieront au scandale, d’autres y verront une merveille, d’autres encore se demanderont de qui on se moque. L’exclusivité du tatouage est que nous portons l’œuvre sur nous. Elle est partie prenante de notre relation à l’autre. Il est en effet impensable de l’afficher tout en espérant qu’elle n’influe pas sur la vision et les sentiments que nous inspirons à l’Autre.

N’oublions pas aussi que nos tatouages sont un témoignage d’une époque de notre vie. Nous évoluons tout au long de celle ci et affichons alors parfois des messages en totale contradiction de ce que nous sommes devenus. Ainsi, tous les ans de nombreux tatouages sont retirés par méthode chirurgicale ou laser. Les cicatrices resteront néanmoins, elles aussi indélébiles!
A une époque ou chacun revendique le droit à refuser le définitif, la relation illimitée dans le temps (à part pour Free bien sûr 😉 ) quelle est cette réaction qui pousse certains d’entre nous vers le marquage définitif de leur corps.

Et vous pour ou contre le tatouage? Nous attendons vos commentaires!

Comments (10)

 

  1. carole dit :

    Toujours été contre le tatouage qui reflète pour moi ce que tu as évoqué plus haut. J’adhère totalement à tes propos mais, aujourd’hui, je regrette de ne pas avoir eu le tatouage qui aurait pu illustrer ton article 🙁
    C’était bien les tatouages des malabars !!!!!!
    (ça doit toujours exister d’ailleurs)

    • Célibataire dit :

      Bonjour Carole,

      Merci pour ton commentaire sur Je suis Célibataire 😉 En effet, les tatouages des malabars existent toujours. Malabar a changé juste de mascotte 😉 Mon neveu adore les petits tatouages temporaires 😉 Bon tu es comme moi, célibataire et sans tatouage bienenu au club 😉

      • Célibataire dit :

        Quand les gens me demandent pourquoi je n’ai pas de tatouages, je leur demande «Souhaitez-vous mettre les autocollants des régions où tu vas en vacances sur une Ferrari?

  2. Suzanne dit :

    Super intéressant ton article Mehdi ! J’ai particulièrement apprécié la portion du texte sur l’histoire du tatouage, c’est bien documenté ! Et comme j’adore l’histoire, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt.

  3. Suzanne dit :

    Et ça rejoint tout-à-fait ce que je pense à propos des tatouages. On évolue constamment (enfin j’espère) dans la vie, alors évidemment je n’aurais pas envie d’avoir un truc sur ma peau qui ne me correspondrait plus… Je ne suis pas de la…

  4. Suzanne dit :

    Ahhhh, je viens de comprendre que ‘Je suis célibataire’ est ton blog Mehdi ! Géniale comme idée…

  5. Suzanne dit :

    J’ai lu rapidement un autre article qui m’a fait vraiment sourire…alors je vais très certainement y retourner. Merci de me l’avoir fait connaître :o)

  6. Célibataire dit :

    Merci pour vos commentaires sur je suis célibataire 😉 en effet il s’agit bien de mon blog 😉

    Au plaisir de vous lire 😉
    Mehdi

  7. dibata dit :

    bonjour, excuser moi j’aie lu votre article sur l’histoire du tatouage, et réel elle est vrai. mais j’aie quelques questions: êtes-vous réellement célibataire ou le contraire? et pensez-vous qu’un jour vous voudriez avoir amant ou encore un époux? moi par-contre ce tatouage-la me plais.

    • Célibataire dit :

      Bonjour dibata,

      Merci pour votre commentaire, comme vous pourrez le remarquer le site je suis célibataire reste en hibernation depuis quelques mois par manque de temps. En tous les cas peut-être vous aurez un nouvel article répondant en partie à vos questions…

      Cordialement
      Un Célibataire