La Vénus célibataire et la peur de tomber amoureuse – Acte II

La Vénus célibataire et la peur de tomber amoureuse acte 2 - je suis célibataire

Comme promis voici l’acte II de La Vénus célibataire et la peur de tomber amoureuse dont nous vous avons présenté le premier volet la semaine dernière sur Je suis célibataire. Nos héros vont ils enfin laisser l’amour s’exprimer et laisser leur célibat derrière eux. Vous allez maintenant le découvrir. Toutefois, pour ceux qui n’auraient pas eu le début de l’histoire, nous vous conseillons, avant de vous jeter sur ces lignes, d’aller lire le texte précédent qui en constitue la première partie : La Vénus célibataire et la peur de tomber amoureuse – Acte I

 

Vénus et Mars auraient pu en rester là une fois encore… mais ces deux là avaient décidément quelque chose à vivre ensemble…

3 mois s’écoulèrent. L’un et l’autre prirent des vacances salutaires. Au retour Mars et Vénus décidèrent de se revoir pour s’expliquer. Dès le premier regard, la bise échangée, ils sentirent que ce lien étrange les unissait toujours. Vénus de pudeur resta sur sa réserve. Mars avait changé. Il était plus serein. Mars avait profité de ses vacances pour se délester de quelques casseroles et était revenu comme rasséréné.

Ils décidèrent de se revoir et se donnèrent enfin sans retenue. Les lueurs dans leurs yeux étaient belles comme un ciel étoilé.

Un soir Mars entreprit de sonder Vénus sur ce qu’elle pensait de leur relation, de lui. Vénus qui s’était jusqu’alors refusée à se poser la moindre question fut un peu chamboulée. Mars décryptait tellement de choses en elle sans qu’elle ait besoin de parler. Vénus tenta de s’adonner à l’exercice de Mars mais en faisant cela de façon aussi brute, elle ouvrit sans s’en rendre compte la porte à ses fantômes du passé. Ses peurs anciennes ressurgirent et la hantèrent jusqu’au réveil. Elle aurait eut tant besoin de la présence de Mars près d’elle mais il était affairé à autre chose et n’avait, cette fois, rien vu de ce qu’il avait déclenché. De fatigue Vénus s’endormit cette nuit là après avoir versé une larme. Elle aurait aimé se réveiller dans les bras de Mars mais il était une fois encore occupé à ses affaires. Vénus avait imaginé une nuit dans ses bras et le bonheur de se réveiller près de lui. Même le petit déjeuner était frugal car Mars n’avait pas daigné aller à la boulangerie mais a préféré mettre sur la table de vieilles biscottes rassies (NDLR : les fidèles des aventures de Mars et Vénus reconnaitront ce détail).  Pas de geste attentionné de sa part car toujours préoccupé par ses soucis de boulot. Vénus était triste de le voir si peu prévenant et cela ajouta à ses inquiétudes et peurs de la nuit.

Vénus pris ses affaires et s’en alla rapidement laissant Mars dubitatif quant à ce départ subit.

Seule. Vénus s’enferma chez elle et refusa de voir quiconque. Elle réfléchit et laissa libre cours à ses peurs. « Il me faut le quitter avant d’être amoureuse car je souffrirai encore plus après ». « Je ne peux pas lui offrir tout  ce qui le comblera » ; « Une autre le rendra plus heureux que moi » ; « si je laisse les sentiments m’envahirent et qu’il me quitte je serai à ramasser à la petite cuillère » ; « nos rythmes de vie sont trop différents ça ne marchera pas » ; « c’est un séducteur patenté et je ne le supporterai pas et deviendrai jalouse » ; « qu’est ce qu’il me trouve ? Il peut avoir les nanas qu’il veut.. » ;

Au fur et à mesure que les heures s’égrenaient Vénus allongeait la liste des questions comme pour justifier une décision qui pointait doucement le bout de son nez : le quitter. Ainsi, Vénus pensait qu’elle ne souffrirait pas. Certes elle prenait le risque de passer à côté d’une magnifique histoire mais le prix à payer était trop lourd.

Vénus avait tellement déjà souffert de ses échecs passés. Elle était échaudée. Sitôt la décision écrite à Mars (NDLR : et oui qui a dit que seuls les hommes sont lâches et les femmes courageuse ??) elle sentit un manque au plus profond d’elle-même. Vénus comprenait qu’il allait lui manquer au point d’avoir une douleur dans les entrailles. Les pleurs se mirent alors à couler et inondèrent son visage crispée par la tristesse. Parce qu’elle sentait qu’elle tombait amoureuse de Mars (NDLR : si ça n’était déjà fait…) Vénus préférait le quitter. Elle fuyait le bonheur de peur qu’il se sauve (NDLR : vous avez reconnu la chanson ?).

Mars était désolé de la décision de Vénus. Il pensait que ses peurs devaient être mises au fond d’un puits et que Vénus devait laisser le temps à leur histoire de vivre et de grandir. Mars n’en voulait pas à Vénus ; il la connaissait si bien. Toujours ce lien étrange qui les unit…

A l’instar de cette Vénus qui a écumé tant d’échecs et de souffrance qu’elle en était réduite à fuir tout sentiment, beaucoup de femmes croient se préserver de toute peine en se refusant à l’amour.

Sont-elles plus heureuses de s’éviter d’éventuelles blessures de cœur ? Non car elles passent à côté de moments merveilleux ; de la joie de partager les petits plaisirs que la vie nous offre et de supporter les moins bons à deux.

A penser s’épargner toute peine de cœur, à craindre de tomber amoureuse, les Vénus s’érigent une carapace de solitude.

Alors à vous les Vénus qui nous lisez ; cesser d’avoir peur de tomber amoureuse car le bonheur reste un bon moment à partager à deux quoiqu’il en coûte. L’amour n’a pas de prix.

Comments (5)

 

  1. […] ne peut donc se terminer de cette façon !? Vous découvrirez bientôt la suite dans l’acte II de La Vénus célibataire et la peur de tomber amoureuse.  Read […]

  2. Si dit :

    A quand Mars ou la peur de tomber amoureux? Par ce qu’il y a aussi bcp à dire de ce côté là …
    Bonne chance pour la suite …
    Si

    • mehdi dit :

      Bonjour Si,

      En préparation la version Mars qui lui aussi a peur de tomber amoureux….

      Merci du soutien 😉
      Mehdi

  3. Za dit :

    “Mars aime Vénus et Vénus aime Mars”… Mais dans ce cas pourquoi font ils triompher la peur ?!…
    Faut il croire que l’amour ne suffit pas ? … Ou que leur orgueil les aveugle ?…
    Et pourtant l’amour ne se croise pas à chaque coin de rue…
    Et pourtant il est des rencontres rares qui laisse des traces indélébiles…

    • mehdi dit :

      Bonjour Za,

      Tu as raison, mais les peurs de Vénus, sont des fois inexplicable pour les Mars et surtout les silences et les non-dits sont plus destructeur que les paroles, dans les deux cas il reste un manque et une incompréhension des Vénus et des Mars… La communication est un atout que les Hommes ont eu 😉